Accueil       Le cabinet         Honoraires       Actualités      Contact


Pourquoi les Français investissent peu dans les fonds d'épargne privés pour leur retraite ?

Thumbnail [16x6]

Selon les données collectées par Hellosafe, avec 18 % de Français qui disent investir dans un fonds d'épargne privée, notre pays se situe parmi les pays européens où l'épargne retraite privée est la moins populaire.
 

Les cultures d'épargne varient considérablement d'un pays à l'autre, y compris au sein de l'Union Européenne pour le financement des retraites. Certains pays privilégiant un financement public, d'autres la souscription à des régimes privés.  Selon les données collectées par Hellosafe, avec 18 % de Français qui disent investir dans un fonds d'épargne privée, notre pays se situe parmi les pays européens où l'épargne retraite privée est la moins populaire.

La France dans les 10 pays de l'UE où les gens cotisent le moins à un fonds de retraite privée
 

Certains pays font plus facilement confiance au secteur privé en matière de retraite, en considérant les fonds privés comme une option préférable ou complémentaire aux régimes publics. En comparant les taux de détention d'épargne dans un fonds de retraite privée en Europe, on constate de grandes disparités.

 

Avec des taux d'investissement dans un fonds de retraite privée qui varient de 6 à 52%, les écarts sont forts entre pays européens, reflétant des cultures d'épargne et des façons d'envisager la retraite très différents. Avec un taux à 18%, la France se situe du côté des pays où les citoyens font majoritairement au système public d'épargne retraire.
 

Les Grecs et les Chypriotes sont très peu enclins à souscrire à un fonds de retraite privée
 

Les pays où l'on investit le moins en Europe dans les fonds de retraite privés sont la Grèce (6 %), Chypre (7 %), la Pologne (10 %), la Finlande (12 %), la Croatie (12 %) et la Slovénie (13 %). Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces chiffres. 
 

Tout d'abord, les systèmes de retraite publique dans ces pays peuvent être considérés comme suffisants ou préférés par une partie de la population, ce qui réduit l'incitation à investir dans des fonds de retraite privée. De plus, les crises économiques récentes ont pu affecter la capacité des individus à épargner pour la retraite et ont engendré une certaine méfiance envers les investissements financiers privés. C'est particulièrement le cas pour la Grèce par exemple.
 

Le Danemark champion de l'épargne retraite privée en Europe, avec 52% d'adhérents
 

A l'opposé, on observe que les pays tels que le Danemark, la Suède, la République Tchèque, l'Irlande, le Luxembourg et la Belgique affichent des pourcentages relativement élevés de leur population investissant dans ce type de fonds. Ces pays se distinguent par plusieurs caractéristiques communes qui peuvent expliquer ces taux plus élevés. Tout d'abord, ils bénéficient généralement de systèmes de retraite bien développés, combinant des éléments publics et privés, offrant ainsi aux individus des options et des incitations pour investir dans des fonds de retraite privés. De plus, ces pays ont souvent une culture financière plus développée, où l'éducation financière est valorisée et où les individus sont conscients de l'importance de préparer leur retraite de manière proactive. Cela peut conduire à une plus grande confiance dans les investissements privés et à une volonté plus forte d'épargner pour la retraite.